La Ramade 2009

 

 

 

Romain et moi (david), nous étions déjà frottés à la Ramade en Juillet 2008 sur l'espace de 3 nuits, il faut l'avouer sans grand succès.

 

En effet, nous avions totalisé 5 départs pour 3 prises , les poissons ayant décidé d'être capricieux, mais qu'importe nous avions attrapé le virus de la Ramade.

 

C'est donc tout naturellement que nous revenons cette année.

 

 

 

Le prochain rendez-vous était pris pour 2009, après de longues hésitations de dernière minute entre la Ramade et le barrage de Villerest ( barrage local ) ou le poisson commence à se manifester.

 

C'est l'envie de changer d'air qui nous poussa finalement Ben, Romain et moi vers la Creuse … et c'est tant mieux.

 

Notre session se déroulerait donc du jeudi 18 au lundi 22 juin. Durant les jours précédent la pêche je faisais en sorte de rester en contact avec Fred et JP de la Ramade, ainsi que Bruno présent sur les lieux, dans le but de rassembler un maximum d'informations qui pourraient jouer en notre faveur. La veille de notre départ, les nouvelles ne sont pas des meilleures, cela fait quelques jours que la pêche est difficile, Bruno me confirme que les touches sont rares, le poisson ne se manifeste pas, enfin qu'importe la Xantia et le Tabur sont à bloc , notre motivation aussi.

 

 

 

Le départ

 

 

Le travail à peine terminé, à midi je saute dans ma voiture et fonce chez moi ou nous avions rendez-vous pour décoller.

 

14h nous partons enfin de notre cher département de la Loire (42) et filons vers la Creuse, 3h plus tard après une petite halte nous apercevons enfin les berges de la Ramade.

 

Sur place JP nous fait le point des postes occupés et des conditions de pêche, le tout atour d'une bonne bière. Il nous informe que Bruno occupe le 23 et 2 frères le 24, tous les trois partent le lendemain, et le mieux serait d'aller les voir pour prendre le relais des postes, chose faite!

 

Nous nous mettons vite d'accord, Bruno me propose de pêcher sur son poste puisqu'il pêche seul, et Romain et Ben occuperont pour la nuit les poste 21 situé 100 en aval ils pêcheront sur le poste 24 dès le départ des 2 frères.

 

La nuit commence à faire son apparition et nous nous empressons de décharger le matos du Tabur, et de monter le campement. Pour cette première nuit on va la jouer cool ! Chaque montage est accompagné de quelques billes Démon hot Démon et SK30.

 

 

 

Ça pêche !!!

 

 

 

Une fois le tout installé et les cannes placées, nous nous retrouvons autour d'un petit plat chaud avant une petite nuit tranquille. 23h tout le monde est dans son biwy et songe déjà au lendemain.

 

Il est un peu plus de minuit lorsque mon VTS cri timidement, je ferre immédiatement et prends contact avec le poisson, après quelques minutes c'est une jolie miroir de 9,5kg qui vient gouter a mon tapis de réception, j'en capturerai une autre du même calibre peu de temps après sur la même canne.

 

Quelques heures plus tard je reconnais au loin le son des détecteurs de Romain, il est 4h30 je file sur leur poste, Romain vient de mettre au sec une belle commune de 12,8kg, et ils m'apprennent qu'il s'agît de leur deuxième poisson, Ben ayant capturé une petite miroir.

 

Après la photo, je regagne mon bed-chair, pas encore assis que la même canne que les départs précédents s'emballe !!! elle me rapporte une belle miroir de 12,2kg.

 

Le temps de replacer la canne et elle redémarre aussitôt hélas décroche.

 

Bruno quand à lui tourne bien il comptabilise 4 ou 5 départs dans la nuit, moi je me couche en espérant dormir un peu avant que le soleil fasse son apparition et chauffe mon biwy, mais c'est raté à 8h30 encore la même canne démarre et au terme d'un jolie combat je viens à bout d'une belle miroir de 14,9kg typique de la Ramade à la robe très foncée. Petite séance photos avant la remise à l'eau .

 

Au déjeuner Rom et Ben m'apprennent qu'ils ont capturé un autre poisson de 11,5kg durant la nuit et en ont décroché une.

 

Pour une nuit à « l'arrache » le bilan est plus qu'honorable Rom et Ben font 4 départs pour 3 poissons et moi 5 départs et 4 poissons sur la même canne ! au moins je sais ou elle pêchera le reste de la session.

 

Durant la matinée je donnerai un coup de main à Rom et Ben pour acheminer leur matériel sur le poste 24, car nos chers voisins nous quittent, nous ne nous serons pas vu longtemps mais ce fut un réel plaisir de faire la connaissance des 2 frères et de Bruno, en signe de remerciement nous les remorquons jusqu'à la mise à l'eau car les bateaux sont plein et les batteries, elles sont vides.

 

 

 

A midi tout le monde est définitivement installé, Romain pêche une belle roselière prometteuse sur sa gauche et Ben en pleine eau 90m devant lui, quant a moi je conserve ma fameuse canne, en positionne une en bordure et les 2 autres pêcheront le coup amorcé par Bruno en pleine eau.

 

La journée fut calme aucun départ, pourtant la nuit précédente était de bon présage.

 

Aux alentours de 17h les montages sont soigneusement relancés accompagnés de quelques billes, l'attente commence en espérant un gain d'activité nocturne de nos chers cyprins.

 

 

 

Autant la nuit précédente était clémente, autant celle qui arrive s'annonce beaucoup plus fraiche.

 

Il est 22h je suis sur le poste 24, quand soudain un de mes détecteurs se mit a hurler, j'entame alors un périlleux sprint entre les racines et les barbelés avant d'arriver sur mes cannes et de voir ma bobine se vider à plein régime, le poisson est bien au bout, c'est une jolie miroir de 11kg, la nuit commence bien ! Le froid et l'humidité qui s'installent nous poussent au fond de nos biwy... Pour un court instant puisque le poisson est sur le coup et Romain mets au sec 2 poissons d'environ 10kg.

 

 

 

C'est vers 3h20 qu'un de mes détecteurs se manifeste enfin, c'est une canne placée sur l'amorçage, après un joli combat Ben m'aide a épuisetter une belle commune de 12kg. Nous prenons le temps de l'admirer et de faire quelques clichés quand une autre de mes cannes démarre, au ferrage le poisson annonce déjà la couleur, un bon rush qui me prend quelques mètres de nylon, cela me semble lourd et tient bien le fond, là voilà à 10 mètres du bord quand on l'aperçoit enfin c'est une belle miroir bien proportionné, elle doit avoisiner les 15kg, elle glisse doucement dans l'épuisette. Elle aura même droit à une petite séance photo, le peson annonce 14,1kg superbe !!!

 

 

 

Suite au peu de départ enregistré durant la journée, nous décidons de forcer un peu le destin en essayant de séduire quelques fishs bonus durant la journée. J'ai essayé la flottante les 2 premiers jours mais rien. Rom et Ben semblent déterminé à poser leurs lignes en bateau plus loin avec un léger amorçage en assiette. Ils le font sur deux de leurs cannes chacun. Quant à moi il est clair que du beau poisson se manifeste derrière mon amorçage, mais je ne veux pas utiliser le bateau de peur de déranger le poste car le secteur est peu profond, et je crains d'effrayer les poissons les plus méfiants.

 

Mais j'ai ma petite idée, je sors ma spod rod 5lbs du fourreau avec un moulin remplit d'un nylon de petit diamètre, monte une bonne arrachée en amnesia, un plomb longue distance 130gr et un bas de ligne en fluoro pour être sur que ça ne s'emmêle pas !

 

Et c'est ainsi que j'expédie mon montage plus loin que tous les autres, et me rapproche des carpes que je vois.

 

 

 

Nous occupons notre temps en jouant aux cartes, les parties s’enchaînent, quand tout à coup Ben jette ses cartes et fonce sur ses cannes, celle posée en bateau déroule non stop et il sort une miroir de 11kg en pleine forme, cette canne rapportera un nouveau poisson d'un peu moins de 10kg à Ben un peu plus tard dans l'après-midi, quant à Romain les carpes semblent bouder ces montages posés pourtant minutieusement.

 

La soirée commence juste et des pêcheurs arrivent en nombre sur l'étang, 3 pêcheurs s'installent sur les postes de la berge d'en face et 2 pêcheurs sur les postes 21 et 22 situés juste en dessous de nous.

 

La pression de pêche monte et cela fait maintenant beaucoup de lignes tendues dans le secteur.

 

Il est clair que ma nuit sera moins active que les 2 précédentes, Ben continu de rentrer du poisson, il fait 2 prises avant de se coucher.

 

 

 

Je suis à peine blottis au fond de mon biwy qu'un de mes détecteurs émet un bip puis un autre, j'attends que ça démarre et ferre, c'est la canne de l'amorçage malheureusement le plaisir est de courte durée puisque le poisson se décroche à 10 mètres de l'épuisette … dans la foulée Ben décroche aussi un poisson , décidément la nuit commence mal !!!

 

 

 

Les deux nuits précédentes ayant été éprouvantes je me recouche donc aussitôt et profite du répit des carpes sur mon coup pour dormir un peu. Sur les 3h30 alors que je dors profondément Romain sort une miroir qui lui redonne le sourire, mes détecteurs sont toujours muets...

 

Il est 4h je suis bien au chaud dans mon biwy et toujours rien, l'arrivée des autres pêcheurs influence clairement la pêche.

 

Il est presque 5h lorsqu'un de mes détecteurs retrouve sa voie et hurle, je m'extirpe de mon duvet et ne peux que constater la bobine de ma canne expédiée au large se vider à toute allure, dès le ferrage, elle annonce la couleur, un gros rush tout en puissance « je viens de ferrer le fond du plan d'eau » le poisson et loin et ne semble pas vouloir se rapprocher, de plus il fait très froid, je suis frigorifié, je réveille Ben pour qu'il vienne m'aider à l'épuisetter.

 

Au bout d'une quinzaine de minute le poisson faiblit un peu et se rapproche petit a petit, arrivé sous la canne, il sonde toujours pas moyen de la décollé et dès sa première apparition en surface, elle termine sa course dans l'épuisette. Ben m'annonce tout de suite que c'est du lourd, en effet le filet est bien tendu, et sur le tapis je peux voir une miroir massive qui à tout d'une battante tellement ces cicatrices sont nombreuses. Le peson annonce 16,2kg à ce moment là je me dis que je viens de sauver ma nuit. Je fais l'effort de relancer ma spod rod le plus loin possible accompagnée de quelques billes... 30 minutes plus tard la canne redémarre et m'offre une petite miroir, et même scénario je relance la canne et rappelle avec quelques bouillettes ( heureusement que j'avais cette canne cette nuit !!!).

 

 

 

Je me replonge vite au fond de mon duvet pour profiter de mes dernières heures de sommeil, Il est 6h tout le monde est debout, nous en profitons pour discuter de la nuit et de la journée qui s'annonce autour de notre petit déjeuner , mais tout à coup un de mes détecteurs émet quelques bips succins puis un bip indique qu'il n'y a plus de pile, je me précipite sur ma canne, encore la même et j'écoute déjà le frein du moulinet !!! je saisis immédiatement la canne et ferre, le combat commence, après quelques minutes le poisson est devant l'épuisette mais sonde encore, et dans un dernier rush elle tente de prendre le large mais en vain, et je la glisse dans le triangle.

 

A ma grande surprise au moment de sortir l'épuisette de l'eau, elle ne décolle pas, il me faut m'y prendre en 2 fois avant de poser ce bloc sur le tapis, et là je ne peux que contempler sous les premières lueurs du jour cette magnifique créature.

 

J'ai déjà touché un beau poisson 1h30 auparavant mais là il semblerait que ce soit plus lourd, « elle ne joue pas dans la même cour » , je la glisse dans le sac de pesée et l'élève au dessus du sol, je fixe alors attentivement l'aiguille qui se bloque pile sur le chiffre 20... 20kg pour cette magnifique miroir.

 

Je ne suis pas un « accroc » des gros poissons privilégiant avant tout la beauté du poisson, mais il faut l'avouer une nuit comme celle là, j'en veux bien plus souvent. Ma nuit qui était jusque là très calme, c'est métamorphosée et en l'espace 1h30 je touche 3 poissons sur la même canne dont une de +15kg et un de 20kg.

 

 

 

Avec un tel poisson la journée ne pouvait que bien commencer, j'aide Rom et Ben qui partent reposer leurs cannes en bateau. Une fois les pièges posés nous dégustons un petit salé aux lentilles mais le repas est interrompue car Romain capture une miroir de 8kg sur une de ces cannes posées en bateau.

 

Ensuite nous nous accordons une petite sieste durant laquelle Rom décroche un poisson, et à 17h tout le monde est sur le pont pour replacer les montages avant la nuit. Ben enregistre un départ timide, le combat avec le poisson s'engage et au bout d'un quart d'heure un aileron vient crever la surface, ce n'est pas celui d'une carpe, en effet il s'agît d'un amour blanc, nous craignions un sursaut d'orgueil de la bête à la vue de l'épuisette, et un instant plus tard il est sur le tapis, c'est un très beau poisson.

 

Nous prenons soin de le manipuler avec délicatesse afin d'immortaliser ce moment, ce grand blanc accuse 98cm pour 11,2kg !!!

 

Ben prend donc soin de bien repositionner sa canne avant la nuit, et 2h après elle redémarre, c'est un poisson qui se bat tout en puissance, un vrai tracteur, après un large travers elle se laisse enfin mener droit dans l'épuisette, c'est un beau poisson 14,2kg pour Ben.

 

 

 

La nuit fait son apparition et demain il faudra penser à plier, à 1h30 j'enregistre un départ sur ma spod rod, et j'encaisse rush sur rush, Ben vient m'aider et il m'apprend qu'il a réalisé un doublé de deux petites miroir juste avant...

 

Au terme d'un long combat je viens à bout d'une splendide commune à la silhouette originale, j'en capturerai une autre petite durant la nuit.

 

 

 

Le matin le retour à la réalité est cruel il faut bel et bien plié et quitter ce havre de paix pour rentrer chez nous.

 

Le bilan de notre session est tout de même positif , Romain enregistre 6 départs pour 5 carpes, Ben 13 départs pour 11 poissons et moi 17 départs pour 14 poissons.

 

Nos souvenirs sont énormes ,nous reviendrons c'est certain!!!

 

 

 

Au passage remerciement à Bruno et aux 2 frères pour nous avoir laissé la succession des postes.

 

 

 

David