De phil en aiguille…. Par DIDIER GUERIN

24H AVEC PHILIPPE BERTHELIER

En mettant du bleu dans bien des ciels gris, je n’avais jamais connu humainement quelqu’un avec cette lumière là. Avec une fidélité et une loyauté sans égal, il est devenu mon super pote, pas un copain non, mais bien plus qu’un ami. Parfois il est comme moi, à plus forte raison je suis comme lui. Tout en cultivant nos différences, nous éprouvons l’un pour l’autre, un respect mutuel indéfectible. Pour autant, une carpe nous confondrait aussi facilement que la rosée du matin, venant perler au dessus des nénuphars. Et depuis 25 ans que ça dure, nous refaisons le monde sans aucune prise de tête, transformant nos délires parfois en arc-en-ciel; nos sessions quelquefois en or, mais nos échecs, toujours en éclats de rire.…

D’emblée, il a dans le cœur, cette gaité tellement contagieuse, que je souris toujours quant à sa curiosité excessive. Avec ça, aussi bavard qu’une bartavelle, il n’y en a pas deux comme lui pour questionner sans répit, afin de tout savoir, tout comprendre et tout connaitre sur ce qui l’interpelle. Et, c’est dingue, tout l’intéresse. De facto, il s’informe sans cesse des indiscrétions du moment, devenant l’unique fil conducteur qui mène à la…carpe.

 

A croire qu’il a été vacciné avec une aiguille à phono, comme aime à le souligner pour se moquer de lui, Alain, le troisième larron. Mais force est de constater que ça lui réussit plutôt bien, d’être heureux comme un poisson dans l’eau. Avec des idées plein l’arête, c’est un peu le «SOS dépannage» de la débrouille, et du bricolage.

 

Jamais pris à défaut devant un imprévu, il solutionne brillamment tous les petits problèmes de logistique ou les pannes techniques avec méthode et efficacité. Fréquenter un artiste tel que lui, nous soulagent illico de toutes nos tracasseries halieutiques, et c’est véritablement du pain béni. Et puisque je parle de ce pain là, je devrais ajouter aussi la portion de foie gras en conserve et la mini bouteille de sauternes, qu’il embarque systématiquement à chaque session, pour espérer célébrer l’événement, au cas il franchirait la fameuse barre des 20kg. Malheureusement pour lui, comme la barre n’a pas encore été franchie, il se contente….de pain de mie!! Finalement, savoir rester mince c’est facile, puisqu’ il ne surveille sa ligne que lorsqu’il est à la pêche !!! Plus sérieusement, intuitif en diable, et extrêmement maniaque et minutieux à la fois, Philippe est doté d’une organisation quasi protocolaire jusqu’au moindre détail. Et comme charité bien ordonnée commence par soi-même, rien n’est laissé au hasard.

 

Tout est réfléchi, précis, structuré, établi dans un même rituel et une même gestuelle. Roi du compactage, il ne va qu’à l’essentiel, excluant tout superflu. Rigoureux, il détermine avec justesse, telle une maxime, une place pour chaque chose, pour que chaque chose soit à sa place. Inflexible dans le soin qu’il consacre à la fabrication de ses montages et de ses bas de ligne, tout est mesuré au centimètre près, à la manière des compétiteurs de pêche au coup. Tout est vérifié et testé avant utilisation; que ce soit l’alignement des spires, le piquant de l’hameçon, et les connexions. Avec un tel procédé, force est de reconnaitre qu’il limite les risques de casse et de décrochage dus par négligence.

Et depuis qu’on se connait, il a gardé une confiance absolue dans leur conception, sans jamais en changer la méthode, quelque soit l’évolution ou les variétés existantes sur le marché. En agissant ainsi, c’est aussi prouver qu’en pêchant toujours avec simplicité, on prend beaucoup mieux de poissons ; et c’est vrai!!! Même au niveau des appâts, mon phiphi ne se complique pas la vie avec uniquement l’utilisation, de deux sortes de bouillettes: scopex et monster crab. Par contre, la différence se fait selon une théorie bien définie sur la confection des liquides de trempages.

 

En effet, en boostant les bouillettes d’amorçage avec de l’extrait de foie liquide pur, puis en enrobant ses bouillettes d’eschage avec une combinaison d’aromes foie et saumon caviar poivre noir de chez nutrabaits, il cartonne formidablement dans tous les plans d’eau. En préparant quelques jours à l’avance une dizaine de bouillettes de trempages dans un sachet mini-grip, celles-ci s’imprègnent à cœur dans les temps et deviennent irrésistibles. Seulement, sans tout dévoiler de ses stratégies fumeuses, la tentation à vouloir l’imiter reste pour vous à trouver les bons dosages ; et là, on ne trahit jamais un ami, comme tout un chacun. Pêle-mêle, voici une autre manie qui lui colle aussi à la peau, comme celles de vouloir par exemple, retirer ses montages à la fin d‘une partie de pêche, avec une infinie lenteur, à la manière d’un gastéropode filant.

 

 En règle générale, 7 fois sur 10, en posant délicatement ses cannes sur le sol sans les salir, pour plier rod-pod, détecteurs et swingers dans les règles de l’art, il se procure un départ à la dernière seconde alors que je l’attends déjà dans la voiture. C’est incroyable j’ai essayé moi aussi ; mais en vain, car ça n’arrive qu’à lui. Depuis, je préfère l’assister, parce qu’après tout, j’aurai peut-être droit à un toast au foie gras avec un dé à coudre de sauternes au cas où…..

Vivre d’amitié et d’eau fraiche avec Philippe, c’est l’assurance d’un soleil radieux, de discutions interminables, et de fous rires à en pleurer. Par discrétion et par pudeur, tu n’as jamais voulu que je parle de toi dans un article te rendant hommage. Aujourd’hui, je désobéis. Alors que je croyais suffisamment te connaitre, tu me surprends sans cesse, par tes facéties, ta profonde culture et ta joie de vivre. Se lier d’amitié, c’est comme construire sa maison, cela se fait pierre après pierre. Cela prouve qu’il est parfois difficile de construire une solide amitié, parce qu’il en faut du temps, de la patience, de la tolérance pour un max de complicité. Mais c’est tellement plus facile de la détruire, qu’il suffit seulement d’être victime de jalousies stupides, pour l’anéantir.

 

Et si on regarde bien autour de soi, comme quand on scrute l’eau pour y découvrir un indice par exemple, les seules richesses que l’homme a conservées, sont le temps, la patience, l’amour et l’amitié. De toute façon, quoiqu’ on dise, et quoiqu’on fasse pour empêcher une amitié ou une rencontre amoureuse avec la femme de ses rêves, celles-ci l’emporteront toujours sur la haine et les envieux…

 

Merci à toi philippe d’avoir su rester toi-même et d’être ce que tu es, car ton humeur généreuse donne plus qu’elle ne reçoit ….

 

Didier Guérin